Hélène's Universe

Ambassadrice de la Littérature Afro-Caribéenne

Un jeune garçon nommé Nicholas est à la recherche du tout dernier tableau de son père, qui avait été donné en tant que récompense lors d’un prix. Venu de la banlieue de Dublin, il découvre que le tableau est désormais en la possession d’un maître d’école sur une île au large de Galway, en Irlande.

Ce maître d’école s’avère être le père d’Isabel, jeune femme et sœur résignée, qui a quittée le cocon familiale après l’accident de son frère (qui est désormais à mobilité réduite suite à une attaque probablement) et son départ pour ses études sur le “continent”.

Isabel et Nicholas vont se rencontrer et vont tomber amoureux l’un de l’autre, comme une évidence, cependant rien ne se passera, car Isabel est déjà ancrée dans une routine: un mariage où celle-ci est négligée et malheureuse. Nicholas ne cessera d’attendre un signe et quatre lettres d’amours seront rédigées.

La foi, la culture ainsi que les traditions guideront bons nombres de personnages dans ce premier roman.

La souffrance de la mère de Nicholas suite aux choix d’un père guidé par la parole de Dieu, puis de Nicholas lui-même pour l’amour d’une femme mariée engendre des histoires d’amour ratées, puis manquées.

“J’avais douze ans lorsque Dieu a parlé à mon père pour la première fois. Il ne lui a pas dit grand-chose. Il lui a enjoint de devenir peintre et, sur ce, il a repris sa place parmi les anges, pour observer, entre les nuages au-dessus de la ville grise, ce qui allait suivre.”

Roman très poétique avec un vrai travail linguistique, le premier de l’auteur qui est originellement dramaturge m’a vraiment touché. J’ai beaucoup aimé cette oeuvre car j’ai vécu les émotions de tous les personnages. L’atmosphère décrite par l’auteur était propice au romantisme et à une histoire d’amour profonde.

Tristan et Iseult dans l’Irlande d’aujourd’hui. Un roman envoûtant qui redonne ses lettres de noblesse au mot romantisme.”

Elle

C’est avec la sixième et avant dernière partie de l’oeuvre que je vais vous laisser, néanmoins en bonne compagnie poétique:

“Il y a des choses qui ne se prêtent pas à être racontées.

Mon père le savait, je crois, il savait que les mots parfois aplatissent les émotions les plus profondes, les épinglent, papillons dont le vol splendide s’engourdit et qui ne seront plus désormais que le lointain souvenir de ce qui naguère colorait l’air et le faisait palpiter comme de la soie. Mieux vaut imaginer. Imaginer la musique, imaginer la lumière qui passait entre les nuages, ce matin-là, et l’odeur de l’île qui nous suivait tandis que nous avancions à la recherche de la boutique. Imaginer que le monde ne contenait rien qui fût sans grâce et que nous marchions, vivantes preuves des miracles, nos pieds touchant à peine le trottoir, sur le visage un sourire, tandis que milliers d’oiseaux chantaient au ciel. Imaginer la bonté qui émanait de nous dans l’air de la cité, les voitures qui ralentissaient et baissaient leurs glaces pour sentir ce parfum intense, blanc comme les cierges, frais comme lin. Imaginer que l’une des douleurs du monde venait de prendre fin de secret, que la musique annonçait la nouvelle dans un allégro de joie et de rires qui cascada quand nous poussâmes la porte.

C’est ainsi que je vis Isabel Gore pour la première fois.”

À bientôt pour de nouvelles aventures et de nouvelles lectures!

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *