Hélène's Universe

Ambassadrice de la Littérature Afro-Caribéenne

Bonjour,

Comment allez-vous?

Aujourd’hui, j’aimerais mettre à l’honneur le #kreyòl , les langues créoles. En effet, le 28 Octobre est la Journée Internationale de la Langue Créole et des Cultures Créoles.

Mais que connaissez-vous du créole, des créoles?

Le créole, les créoles sont des langues. En effet, ¨Une langue comme code constitué en un système de règles communes à une même communauté et qui peut varier selon les individus, …” Les premiers créoles sont les créoles dite à base lexicale portugaise qui ont vus le jour en Afrique (notamment en Casamance par exemple, au Sud du Sénégal).

Les créoles vont donc naître à partir d’un processus appelé la créolisation.

Pour une définition de la créolisation:

Beaucoup de linguistes, penseurs vont se pencher sur ce processus. Robert Chaudenson donne une définition métaphorique de la créolisation en parlant du processus comme étant une “recette de sorcière“. M. Degraff définit le créole et la créolisation autrement en parlant de “facteurs extérieurs extraordinaires“. Définition moins métaphorique et presque “parfaite” avec d’autres mots.

Les créoles seraient donc “orphelins“, sans parentés ( des “non-genetic languages“) selon Kaufman et Thomason. Mais Edouard Glissant va nous permettre “d’avancer” et de réfléchir davantage au processus lui-même en avançant ceci :

Traité du Tout-Monde, Edouard GLISSANT

La créolisation est la mise en contact de plusieurs

cultures ou au moins de plusieurs éléments de cultures

 distinctes, dans un endroit du monde, avec pour

 résultante une donnée nouvelle, totalement

 imprévisible par rapport à la somme ou à la simple

 synthèse de ces éléments.

On prévoirait ce que donnera un métissage, mais non

 pas une créolisation. Celle-ci et celui-là, dans l’univers

 de l’atavique, étaient réputés produire une dilution de

 l’être, un abâtardissement. Un autre imprévu est que

 ce préjugé s’efface lentement, même s’il s’obstine dans

 des lieux immobiles et barricadés.’

Je vais aujourd’hui me concentrer sur les créoles à base lexicale française de la Caraïbe et particulièrement des Antilles. Je vais également choisir de m’intéresser au créole haïtien dans cet article.

Quelques rappels!

Situé en Amérique centrale, Haïti est un pays indépendant qui partage environ la moitié de son territoire avec la République Dominicaine. L’île fait partie des grandes Antilles.

Sous domination espagnole avant la colonisation française, Haïti fut un lieu de brassage de cultures, langues, et bien d’autres. Après une rude bataille pour son indépendance (qui aura lieu le 01er  Janvier 1804), Haïti deviendra le premier pays noir indépendant au Monde. Différents régimes vont se succéder: des dictatures et enfin des républiques, d’où l’appellation: la République d’Haïti [Repiblik Dayiti].

En Haïti, il existe une situation de diglossie. Les deux langues parfois dites langues co-officielles sont le français et le créole haïtien. La majorité de la population est néanmoins unilingue, et donc créolophone. Cependant selon la Constitution haïtienne de 1983, le créole est la langue nationale. Cependant le français est la langue officielle du pays car c’est la langue des classes supérieures, de “l’école” et de “l’administration”. Le créole reste la langue dominante. Le créole haïtien a fait le plus souvent l’objet de travaux, notamment des dictionnaires.

D’autres langues viennent s’ajouter au paysage linguistique du pays multilingue.

Une académie voit le jour afin de “fixer la langue créole et de permettre son développement scientifique et harmonieux » Article 213, et parmi les tâches que devait assumer cette institution : « …encourager des travaux de développement d’outils linguistiques tels grammaires, dictionnaires, lexiques en créole dans tous les domaines. » Valdman, A. (2015), L’Akademi Kreyòl Ayisyen et la standardisation du créole haïtien, Etudes Créoles-Nouvelle série.

Lire le créole autrement?

¨“Les créoles français, nés de la colonisation des XVIIe et XVIIIe siècles, résultent, dans le contexte socio-historique de la plantation esclavagiste alimentée en main-d’oeuvre par des populations immigrées linguistiquement hétérogènes, de l’appropriation non guidée de variétés approximatives d’un français, déjà koïnèsié (une koïné française d’oïl marquée par des traits et des emprunts dialectaux nombreux,…) durant le phase antérieure de société d’habitation. La créolisation est donc, en fait, un phénomène exceptionnel dans la mesure où, dans des conditions socio-historiques et sociolinguistiques spécifiques (plantations à mains-d’oeuvre immigrées) ont été mis en mettre en oeuvre, hors de toute contrainte socio-culturelle et de toute pression normative, des processus linguistiques (essentiellement l’autorégulation et les stratégies d’appropriation), qui se manifestent dans bien d’autres circonstances, à d’autres degrès, pour les langues en cause, en l’occurrence le français.” R. CHAUDENSON

@immaculahelenes sur Instagram
https://www.instagram.com/p/CG5sdhrpHKF/

Le créole et les créoles sont donc bien des langues avec leurs spécificités et elles ne sont pas uniquement usitées à l’oral mais aussi à l’écrit. Enfin les dictionnaires ne sont pas les seuls supports écrits pour ces langues, la littérature en créole a existé et existe encore. Trois grands courants sont parfois retenus pour récapituler les différentes “phases” de la Littérature en créole (notamment créole haïtien). De plus, l’évolution des textes littéraires en langues créole témoignent au fil de l’Histoire de cette littérature, ainsi que des évolutions des règles de la langue qui sera de mieux en mieux codée et codifiée; et cela surtout lexicographiquement et syntaxiquement.

À très bientôt pour un prochain article, et bonnes lectures!

Sources:

  • Robert CHAUDENSON:
  • a)Que sais-je? Les créoles, Presses universitaires de France
  • b)La créolisation: théorie, applications, implications, Institut de la francophonie

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *